Les analogies trinitaires

En ce jour de la Saint Patrick, je ne résiste pas à la tentation de mettre des oreilles d’elfes toutes vertes… ! Ou plus sérieusement, à partager une petite vidéo bien connue maintenant mais qui se prête bien à l’occasion… vidéo donc, à but pédagogique et dont le message est clair : attention aux analogies lorsque vous en venez à la théologie trinitaire. Cette dernière est, à mon sens, probablement l’un des domaines les plus fascinantes de la théologie systématique, avec la doctrine de Dieu.

Ce petit clip est malheureusement en anglais, et certains auront peut-être du mal à saisir ce qui se passe dans le détail. Pour simplifier : la théologie trinitaire parle, ou essaie de parler, de qui Dieu est en lui-même et du mystère difficilement saisissable de l’union et de l’identité particulière de chaque personne de la trinité, ainsi que de leur relation « intra-trinitaire. »

Cette vidéo contient deux leçons pour nous :

  • tout d’abord, la théologie trinitaire exige une grande précision, ainsi, les analogies conduisent presque nécessairement vers l’une ou l’autre erreur. Soit Dieu est un, et alors le Père, le Fils et l’Esprit ne sont que des « apparences » de Dieu. Soit Dieu est trois, et dans ce cas leur unité n’est qu’une expression sans vraie réalité.
  • ensuite, les théologiens et les pasteurs ont tendance à croire que la théologie trinitaire, c’est trop compliqué pour le « commun des mortels ». Peut-être l’avons-nous même un jour pensé, sans vraiment réfléchir : « Franchement, la trinité c’est une question de détail et si les chrétiens saisissaient déjà l’importance de Christ, ce sera pas mal ! »

La deuxième attitude m’interroge aujourd’hui beaucoup plus que l’autre. Par snobisme intellectuel et spirituel, à cause de leur propre incompréhension, ou parce qu’ils estiment que nous ne pouvons pas vraiment comprendre ce qu’est cette fameuse trinité (à part ceux touchés par la grâce de la Raison), beaucoup sont tenté de ne pas parler de la trinité.

Or, il y a difficilement plus important. Oh, je sais bien que dans nos milieux évangéliques, « Jésus » est toujours la bonne réponse. Et bien, peut-être pas cette fois-ci. Aujourd’hui, peut-être que « trinité » est la bonne réponse.

Car en fin de compte, si Dieu n’est pas un-et-trois, comment Christ, le Dieu-homme peut-il être envoyé  pour nous sauver ?

Si Dieu comment pourrions-nous vivre des bénéfices que Christ a acquis pour nous ? Et comment le Père pourrait-il nous adopter dans cette famille spirituelle dont nous faisons partie ?

Si Dieu n’est pas Père-Fils-Esprit tout en restant un seul Dieu donnant la vie, comment l’Esprit du Père communiquerait-il la vie de Christ, cette sainteté acquise à grand prix ?

Et enfin, si ce Dieu n’était pas tel que le décrit le symbole d’Athanase en des termes humains bien limités, comment serions-nous certains que ce Dieu trinitaire œuvre toutes choses pour notre rédemption ? Comment sinon être certains que l’une de ces trois personnes trinitaires ne décidera pas, un jour, d’œuvrer dans une autre direction ?

La nature trinitaire de Dieu est ce qui distingue une théologie à proprement parler chrétienne et biblique et peut devenir le point d’ancrage d’une apologétique interreligieuse, en particulier avec l’islam. C’est aussi en cette trinité que des problèmes philosophiques sont résolus (cf. cet article d’Henri Blocher) ; et en cette même trinité nous avons tous l’assurance de notre foi. Il appartient à chacun, et surtout ceux qui sont investis d’un ministère dans l’église (anciens, diacres, pasteurs, enseignants, évangélistes) de pouvoir expliquer une doctrine qui peut-être partiellement comprise par chacun.

Symbole d’Athanase

Comme est le Père, tel est le Fils, tel est aussi le Saint-Esprit :711px-3enighed.svg

incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint-Esprit ;

infini est le Père, infini le Fils, infini le Saint-Esprit ;

éternel est le Père, éternel le Fils, éternel le Saint-Esprit ;

et cependant, ils ne sont pas trois éternels, mais un éternel ;

Tout comme ils ne sont pas trois incréés, ni trois infinis, mais un incréé et un infini.

De même, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit ;

et cependant ils ne sont pas trois tout-puissants, mais un tout-puissant.

Ainsi le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu ;

et cependant ils ne sont pas trois Dieux, mais un Dieu.

Ainsi le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur, le Saint-Esprit est Seigneur ;

et cependant ils ne sont pas trois Seigneurs, mais un Seigneur ;

car, de même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chacune des personnes en particulier est Dieu et Seigneur, de même la religion catholique nous interdit de dire qu’il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.

Ancienne erreurs trinitaires

Arianisme : négation de la divinité de Christ ; ce dernier n’est qu’une créature du Père. Cf. Arius (250–336 ap. J-C.).

Modalisme : parfois appelé sabellianisme. Les trois personnes sont des manifestations du même Dieu, mais ne sont pas en elles-mêmes différentes.

Trithéisme : le Père, le Fils, et l’Esprit sont trois personnes divines à part entière, distinctes, autonomes, mais associées et complémentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s