Très bref rapport officieux d’activités

En dehors du rapport d’activités publié juste auparavant, l’année a été marquée par trois évènements un peu particuliers :

1) Forum Véritas à Lyon : « Suis-je le produit de ma culture ? » … en soi, rien d’extraordinaire : après tout ça semble normal de la part d’un prof d’apologétique.  Celui-ci était en fait un peu particulier : à côté de moi, (enfin de l’autre côté du modérateur), nul autre que Rapahël Liogier que j’avais eu le privilège d’avoir en cours à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix.

2) Bien que n’étant pas charistmatique, je suis entouré d’amis charistmatiques. Ne me demandez pas pourquoi : c’est probablement l’un de ces aléas divins qu’on ne comprendra jamais. Mais … j’avoue qu’être invité à prêcher le jour de Pentecôte sur la venue de l’Esprit dans une église charismatique de la « 3e vague » (dixit las pasteure à trente secondes de la prédication : « Je t’avais dit qu’on était charismatiques plutôt tendance « 3e vague ») alors qu’on est soit-même « cessationiste », ce n’est quand même pas tous les jours.

3) En parlant de ça, c’est un petit peu la même chose que d’être invité à écrire un article sur les « Miracles » pour tout le monde évangélique (dans le futur dictionnaire d’apologétique, C. Paya et N. Farrelly, eds.) , alors que je considère que la plupart des miracles comme des « dons » ont cessé. C’est un petit défi que de devoir écrire sur ce sujet sans que cela choque mes amis charismatiques tout en restant cohérent avec ma propre théologie. Ecrire pour l »unité de l’église (évangélique du moins), tout un programme !

4) Enfin, j’ai du pratiquer l’art impossible de réduire mes conférences de moitié :

– Carrefour de théologie : 20 min au lieu de 45 min .
– Réseau des Scientifiques Evangéliques : 15 min au lieu de 45 min.

Un exercice qui finalement peut être d’un grand secours pour les futurs pasteurs, les enseignants, et autres missionnaires. Réduire une conférence de moitié tout en restant cohérent, cela demandera encore un peu de pratique.